Les soupes : comment ne pas s’en lasser ?

Written by marmotte

Bonjour à toutes et à tous,

Aujourd’hui, on se retrouve pour l’article du mois. En plein cœur de l’hiver, j’aimerais vous parler soupes, potages, veloutés… Je suis sûre que c’est un incontournable sur les tables de nombre d’entre nous en ce moment.

Soupe de chou rouge aux pommes

Vous allez me dire mais pourquoi n’as-tu pas écrit cet article plus tôt ? Ben oui, la saison des soupes tire à sa fin. Du moins, on l’espère. Eh bien, justement, c’est maintenant que nous sommes en manque d’inspiration, que nous saturons et avons envie d’envoyer nos bols de soupe aux orties. Car oui, il peut y avoir une certaine lassitude qui s’installe à ce moment de l’année. L’hiver n’est pas encore terminé mais nous avons envie à la fois de soleil et de fraicheur dans l’assiette. Alors, rien ne nous empêche de consommer des salades de saison mais il est vrai que la soupe réchauffe et réconforte après notre journée.
Voici quelques conseils pour tenir bon jusqu’à l’arrivée du printemps.

Corba

1/ À la soupe toute prête, tu ne succomberas point !
Qui n’a jamais été tenté de glisser une brique de soupe ou pire de la soupe lyophilisée dans son caddie pour justement changer de la soupe maison ?
Surtout résistez à la tentation du tout prêt. Ces soupes ne seront pas meilleures au goût que les vôtres. Leur goût est très standardisé et uniforme. Elles reviennent plus cher, surtout si l’on sort du classique mouliné de légumes et si l’on opte pour une version bio. Il y a forcément des additifs et du sel, plus qu’il n’en faut ! Ne croyez pas au discours marketing des marques de l’agro-alimentaire. Leurs produits ne sont pas du tout intéressants d’un point de vue nutritionnel. Bref, zappez cette option !
C’est bien gentil, mais on fait quoi alors ?

2/ Des recettes de soupes, tu collecteras !
La meilleure façon de ne pas se lasser en cuisine, c’est d’avoir un coup d’avance. Collectez des recettes de soupes tout au long de l’année. Vous vous souvenez de mon petit carnet à idées dont je vous parlais le mois dernier ? C’est le moment de le sortir et de consacrer une page aux soupes de l’automne et une autre aux soupes de l’hiver. Pour les plus modernes, un tableau sur Pinterest est aussi envisageable.

Soupe de rutabaga

3/ La soupe fourre-z-y tout, tu oublieras !
Autre grande tentation, c’est de faire une soupe multi-légumes avec ce qui traîne dans le réfrigérateur en se disant que ce sera bon puisque ce sont des légumes frais de saison. Erreur, vous obtiendrez une soupe passable ou aucun légume ne se démarque vraiment. Même en jouant sur les légumes et les proportions, on obtient toujours une soupe qui ressemble à celle d’avant-hier mais qui ne nous régale pas vraiment.

4/ Les soupes avec peu d’ingrédients, tu opteras !
Si la multi-légume ne semble pas très convaincante, il faut en prendre le contre-pied. On peut réaliser une soupe avec un seul légume et un fruit (pommes ou poires) ou une soupe associant deux légumes qui se marient bien ensemble (potiron/patate douce, panais/rutabaga, etc.). Il existe de nombreuses idées.

Soupe de panais au citron

5/ Des épices, tu te feras des alliées !
Rien de pire qu’une soupe fade, c’est la soupe à la grimace garantie ! Les légumes d’hiver se marient bien avec les épices qui réchauffent : cumin, coriandre en poudre, curry, curcuma, ras el-hanout… Là aussi, les combinaisons sont infinies, à chacun de tester, expérimenter, goûter…

Soupe au potiron, pommes et cannelle

6/ Des légumineuses, tu utiliseras !
En lieu et place des pommes de terre, on peut utiliser les pois chiches, les pois cassés, les lentilles pour obtenir des soupes vraiment onctueuses. En les employant, on ouvre la porte sur une grande diversité de textures, de saveurs et d’associations originales. Et surtout, c’est très intéressant d’un point vue nutritionnel puisque nous n’en consommons pas assez, tout en restant très abordable d’un point de vue économique.

Soupe de carottes et haricots coco

7/ Ton mixeur, tu laisseras au placard !
On peut consommer de la soupe qui n’est pas forcément mixée. C’est souvent une affaire de goût mais cela peut introduire un peu de variété. Personnellement, je préfère la soupe mixée mais de temps en temps, j’aime bien une soupe non passée.

Soupe champignons et orge perlé

8/ Du bouillon en cube, tu n’abuseras point !
Le cube bouillon, c’est l’astuce de grand-mère. Hop, un cube bouillon dans l’eau pour parfumer une bonne soupe. Ce n’est pas la solution miracle. D’abord, les cubes de bouillons industriels (même bio) sont trop salés et puis on ne sait pas franchement comment et avec quoi c’est fait. Et au final, ça uniformise le goût de nos préparations. Il est plus intéressant de travailler avec les épices que nous aimons et bien sûr si on peut faire ses cubes de bouillon maison, c’est encore mieux.
À titre personnel, je suis en train d’éradiquer les cubes bouillon industriels de ma cuisine avant de tester des recettes maison. Je vous tiens au courant…

9/ Tes soupes, tu agrémenteras !
Ce sont les fameux toppings que l’on voit fleurir partout ! Inutile de faire bien compliqué, quelques graines, fruits secs ou herbes fraiches, une poêlée de champignons ou du granola maison pour une version végétale. Pour une version plus riche, un peu de crème fraîche épaisse ou quelques dés de bon fromage. Les possibilités sont exponentielles !

Granola maison

10/ La présentation, tu soigneras !
C’est prouvé scientifiquement, on éprouve plus de plaisir et d’appétit devant un plat bien présenté ! Alors pourquoi ne pas transposer cela à nos soupes, ne le méritent-elle pas ? On oublie les vieux bols à soupe tristounets et ébréchés et on se choisit de beaux contenants : des bols assortis à la couleur de notre soupe du jour, une belle assiette creuse ou pourquoi pas un bocal. On verse délicatement notre soupe dedans et on décore (voir point 9). Tout de suite, on a envie de se régaler de notre création du jour.

Soupe de chou kale et pommes de terre

Quelques références livresques pour approfondir le sujet et trouver l’inspiration !

Super Soupes pour un repas complet de Anne-Catherine Bley aux éditions Marabout
Une trentaine de recettes de soupes sont réunies dans ce livre divisé en quatre chapitres : Légumes, Céréales et légumineuses, Viande et Exotique. Bref, il en a pour tous les goûts ! Ces soupes repas très complètes et gourmandes sont adaptées surtout à l’hiver et au début du printemps. On y retrouve les traditionnelles garbures et autres soupes au chou et aux lardons mais aussi des associations plus étonnantes : épinards et pois chiches ou haricots noirs et cacahuètes. Mixée ou non, il y a de quoi varier les plaisirs. L’autre avantage de ce genre de soupe repas, c’est que l’on n’a pas besoin de préparer autre chose pour les accompagner. Il faut juste penser à acheter ou faire du bon pain. À part, certaines recettes, on est quand même sur une cuisine assez riche et carnée, à réserver quand on veut se faire plaisir.

Soupe Gourmandes de Anna Helm Baxter aux éditions Marabout
Ce livre est très complet et il peut nous accompagner tout au long de l’année puisqu’il y a un chapitre consacré aux soupes froides et chaque recette est associée à une saison en particulier. C’est bien pratique quand on veut faire l’effort de cuisiner de saison. En plus des recettes de soupes mixées, complètes et à base de bouillon, il y a un chapitre dédié aux garnitures et aux tartines qui peuvent accompagner vos soupes. Les recettes sont vraiment simples et accessibles, c’est d’ailleurs un livre que j’ai offert à des personnes pas forcément très douées en cuisine. Je le considère vraiment comme essentiel si l’on veut apprendre à cuisiner de bonnes soupes (il y a une courte introduction très instructive) ou si l’on veut renouveler son stock de recettes.

Je ferai bien une soupe ! de Marie Chioca aux Éditions Terre Vivante
J’adore la créativité et la « cuisine du bon sens » de Marie Chioca. Par de doute, nous sommes ici sur des recettes un peu plus abouties et originales. Comme souvent, Marie organise ces livres autour des saisons et chaque saison est divisée en entrées, plats et desserts. Car Marie est une perfectionniste et quand elle crée un livre de recette de soupes, elle en propose même au dessert. Les recettes et les photos sont splendides, feuilleter ce bouquin, c’est déjà saliver et se régaler d’avance. Pas forcément à la portée des débutants (encore que…) mais mon préféré de ma petite collection  » soupe « .

Print Friendly, PDF & Email

7 thoughts on “Les soupes : comment ne pas s’en lasser ?

  1. Je ne me lasse pas des soupes de l’automne et de l’hiver, mais ton article très bien fait donne encore plus d’idées. A lire de toute urgence !!

  2. Ah on sent le vécu car effectivement il y a un mois, tu n’en voulais plus. J’adhère à tout ce que tu dis et tu t’en doutes . Que de bons conseils
    Super, je sens qu’en mars, elle va revenir dans ta cuisine

  3. gut says:

    Je suis sûre qu’après la lecture de ton article ce sera soupe ce soir pour beaucoup !! Personnellement je ne m’en lasse pas mais il faut dire que je suis loin d’en faire tous les jours. Une fois par semaine me suffit. J’alterne les soupe velouté et les soupes en morceaux qui me régalent bien aussi. Avec un peu d’imagination et tous les bons légumes qui s’offrent à nous l’hiver on peu vraiment faire d’excellentes soupes tu as raison !! gros bisous Marion !

  4. On ne peut se passer de soupes!
    En Ardennes, c’est la soupe tous les jours que ce soit en hiver ou en été!
    Lorsque j’étais en vacances en Andalousie, je me suis dit que j’allais acheter un peu de soupe déjà prête et en tetrapak. L’horreur: du jus de chaussette et au prix d’un vrai bas nylon cousu au fil d’or! J’ai donc opté pour la meilleur solution, acheter mes légumes et la faire moi-même, rien de tel!
    Je mets très rarement des pommes de terre car j’ai l’habitude de faire mes potages en grandes quantités pour les congeler et la pomme de terre n’aime pas la congélation.
    J’ai encore quelques réserves devant moi avec les courgettes, potiron, oignon, céleri de l’été dernier…
    Merci pour ton article !
    Bizz

  5. Les soupes reviennent régulièrement sur ma table, ce soir encore et on peut les décliner à l’infini en jouant avec les légumes et les textures.

  6. ISCA says:

    Bravo pour ton article, tout à fait d’accord, tu penses ! Impossible de me lasser des soupes, c’est la base de mon alimentation toute l’année et pas qu’en hiver (je suis originaire des Ardennes et comme le dit Ponpon, c’est incontournable) je dois avoir 59 recettes sur mon blog et je suis loin d’avoir fini d’ailleurs c’est amusant, soupe de chou rouge et soupe avec de l’orge perlé sont prêtes à être éditées !!!

  7. En lisant le commentaire d’ISCA je me suis posé moi aussi la question de savoir combien il pouvait y avoir de soupes et de veloutés sur mon blog alors je suis allée à la pêche aux renseignements et j’en ai fait 175 différentes, toutes différentes, d’un peu partout dans le monde et à chaque fois c’est un émerveillement. Je suis fan de ce plat, il apporte tant de choses à la fois d’un côté nutritionnel mais surtout du côté du réconfort. Super ton article et c’est vrai qu’on peut tant varier…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.