Gros gâteau au chocolat (cuisine végétale)

Written by marmotte

Salut les gourmandes et les gourmands !!

Comme tous les mercredi, place à une recette sucrée… mais avant un peu de blabla !
La semaine dernière, je vous parlais de l’importance d’utiliser les bons termes pour désigner les préparations en cuisine, ce qui présuppose d’en connaître la définition.
Dans le domaine de l’alimentation et de la cuisine, depuis quelques années, on voit l’émergence de tendances et de modes alimentaires divers et variés : veganisme, végétarisme, noglu, végétalisme, paléo, healthy, crudivorisme, etc, etc. Voilà, la preuve que nous sommes de plus en plus nombreux à réfléchir à ce que nous mettons dans nos assiettes que ce soit pour notre santé, le bien-être des animaux ou pour la planète. Personnellement, c’est quelque chose qui me parle et m’intéresse.

Par contre, ce qui m’énerve au plus haut point, c’est qu’il règne une grande confusion auprès du grand public et des médias entre tous ces différents concepts. Et, cela entraine une grande incompréhension basée sur des clichés (les végétariens ne broutent que de l’herbe et du tofu fadasse dégueu par exemple) et donc une stigmatisation de ces personnes et de leur mode de vie et d’alimentation.
Prenons un autre exemple de la vie quotidienne, si vous souhaitez acheter des chaises et que dans votre esprit une chaise est une table, comment vous faire clairement comprendre par un vendeur de meubles pour qui une table est une table ?

Revenons à la cuisine maintenant, on associe très souvent la cuisine vegan ou la cuisine végétale (qui ne sont pas la même chose) au mot healthy (une nourriture saine et gourmande à la fois), pour certains c’est même synonyme et bien il n’en est rien. Vous pouvez cuisiner une recette à base de produits d’origine végétale qui n’a rien de healthy car elle contiendra beaucoup d’ingrédients raffinés (sucre de betterave, sucre glace et farine blanche) et beaucoup de gras comme c’est le cas de la recette du jour.
Et ce que je vous raconte vaut aussi pour les produits industriels végétariens ou végétaliens, ils contiennent souvent autant (voire plus) d’additifs, de gras, de sel ou de sucre que leur homologue conventionnel.
Bref, ne confondons pas tout et prenons le temps de réfléchir et de rechercher des infos sur ce nous mettons dans nos assiettes sans oublier de se faire plaisir de temps en temps avec une recette qui n’est que gourmande (et végétale) comme celle que je propose aujourd’hui.

Les ingrédients pour un gâteau
La pâte :

  • 450 g de farine,
  • 300 g de sucre,
  • 1 cuillère à café de sel,
  • 2 cuillères à café de bicarbonate de sodium,
  • 20 g de cacao en poudre non sucré,
  • 250 ml d’huile végétale neutre,
  • 375 ml de lait végétal,
  • 60 ml de vinaigre blanc.

Le glaçage :

  • 2 cuillères à soupe d’huile de coco fondu,
  • ½ cuillère à café de vanille,
  • 230 g de sucre glace,
  • 20 g de cacao en poudre,
  • 60 ml de lait végétal,
  • 35 g de noix cajou concassées.

Temps de cuisson : 45-50 minutes
Niveau de difficulté : Très facile
Coût : €€

La recette :
1/ Préchauffer le four à 180 °C.
Huiler un moule à charnière de 22-23 cm de diamètre. Réserver.

2/ Dans un saladier, mélanger tous les ingrédients secs. Incorporer ensuite l’huile, le lait végétal et le vinaigre. Mélanger une minute jusqu’à ce que la pâte soit homogène.

3/ Verser la pâte dans le moule et enfourner pour 45 minutes de cuisson. Vérifier la cuisson à l’aide d’un cure-dent, il doit ressortir propre.

4/ À la sortie du four, laisser tiédir une quinzaine de minutes puis démouler. Laisser complétement refroidir avant de glacer le gâteau.

5/ Préparer le glaçage. Tamiser le sucre glace et le cacao. Mélanger les ingrédients secs dans un bol. Incorporer l’huile de coco et le lait. Mélanger jusqu’à obtenir un glaçage bien lisse et homogène.

6/ Napper le gâteau avec le glaçage. Parsemer de noix de cajou.

7/ Placer au frais jusqu’au moment de déguster.

Source : La cuisine de Jean-Philippe, ses 100 meilleures recettes véganes, Éditions La Plage.

Print Friendly, PDF & Email

15 thoughts on “Gros gâteau au chocolat (cuisine végétale)

  1. Kilomètre-0 says:

    Pour être honnête, je préfère les gâteaux au beurre car je trouve que la facture calorique est plus élevée et que c’est moins bon et entre nous (mais tu ne le répètes pas), le jour où on ne mangera plus les produits dérivés des animaux, les campagnes seront bien moins belles parce qu’il n’y aura plus d’animaux 🙂

    • Attention, je ne dis pas qu’il ne faut plus manger de produits d’origine animale (mes fromages ^^), je dis juste qu’il existe des alternatives et que cela peut-être sympa de les explorer pour tout plein de bonnes raisons.
      Concernant les gâteaux au beurre, j’en suis assez déshabituée depuis que je teste de nouveaux horizons et finalement quand je reviens vers une pâtisserie plus classique, je la trouve plus grasse et écoeurante.

  2. Merci pour ce message très interressant et ce beau gâteau bien tentant, gros bisous, bonne soirée

  3. Un très beau gâteau bien gourmand!
    Comme tu le fais remarquer il y a beaucoup de vocabulaire et on s’y perd… Végétarien , végétalien, semi-végétarien, lacto-végétarien…. Vraiment, moi je m’y perds. Il suffit de dire ce qu’on ne mange pas, c’est plus facile!
    Mais ce que je ne comprends toujours pas c’est pourquoi celui qui ne veut pas manger de viande, mange des steaks végétariens qui ressemblent au visuel et au goût à de la viande… Si je n’aime pas la viande, je ne veux pas retrouver son goût et encore moi qqch qui y ressemble dans mon assiette, non?
    De toute façon, je mange de tout, hihi! Donc je suis omnivore, c’est plus facile!
    Bon jeudi.
    Bizz

    • Pour la deuxième partie de ton commentaire, je peux t’éclairer. Certaines personnes choisissent de devenir végétarien ou végétalien ou vegan pour le bien-être animal, pour que les animaux ne soient plus tués pour leur viande. Dans ces personnes, il y a des gens qui aiment la viande mais qui y renoncent pour leurs idéaux (ne pas faire souffrir les animaux, par souci écologique ou de gestion de ressources) et la viande (plus la texture que le goût d’ailleurs) peut donc leur manquer et c’est là que les simili-carnés interviennent. Peu de végétariens, végétariens ou vegan optent pour ces régimes alimentaires parce qu’ils n’aiment pas la viande. Ils le font par engagement, pour être en accord avec leurs valeurs…

  4. Un gâteau bien appétissant et gourmand. Quant à toutes ces appellation végan, végétarien, végétaliens etc… c’est vrai qu’on y perd un peu son latin et le plus dur pour moi c’est le manque de tolérance de tous ces adeptes pour ceux qui eux ne sont pas dans la même mouvance. De mon côté je serai plutôt flexitarienne, je ne mange pas beaucoup de viande mais cela peut arriver. Cela ne m’empêche pas de penser au bien être de l’animal et de le remercier par la pensée lorsqu’il m’arrive de consommer de la viande comme le faisait les amérindiens et certains le font encore.

    • Il faut savoir que la « frange vegan extrémiste » est très très minoritaire dans le mouvement mais ce sont malheureusement ceux que nous entendons le plus et qui sont le plus médiatisé.
      Par ailleurs, il faut noter que le manque de tolérance que tu relèves existe des deux côtés, il existait aussi des omnivores intolérants mais eux on en parle jamais…
      Bref, chacun sa démarche et son niveau de prise de conscience, l’essentiel est de réflechir (et non pas dans Lactel ^^) à ce que l’on mange et comment cela est produit et arrive dans nos assiettes.

  5. coucou Marion
    Il est bien beau généreux et moelleux la photo donne envie d’y plonger sa fourchette 🙂
    bisous

  6. Un dessert vraiment tentant joliment mis en scène. Un délicieux partage merci bon week-end

  7. Tu as raison, Marion. Les informations que l’on nous donne ne sont pas toujours bien claires et tout le monde s’y perd. Puis, les industriels veulent « surfer » sur ces tendances et les plats qu’ils proposent sont bourrés d’ingrédients aux noms et additifs bien bizarres…Par contre, ce que je trouve très dommageable, ce sont les actes de violences et de dégradations dont font preuve actuellement les Vegans. Je pense que nous devons faire preuve de tolérance les uns envers les autres et que chacun a le droit de manger selon ses principes, ses valeurs, sa religion, ses goûts… tu ne trouves pas ? Personnellement, je n’aime pas la viande, mais je n’en prive ma petite famille pour autant. Je suis curieuse, j’aime les découvertes culinaires et depuis que je tiens mon blog, j’ai vraiment testé beaucoup de recettes et apprécié de nouveaux ingrédients qui font maintenant partie de mon quotidien comme la soja crème, les laits végétaux, le tofu…j’évolue…mais pour rien au monde, je jugerais les goûts d’autrui 🙂 Ton gâteau est trèèèès appétissant. Mais je préfère le beurre (salé, ben oui, je suis bretonne !! hi hi !!) à l’huile. Bises et bonne journée

    • Comme je l’ai déjà dit, les actes de violences à l’encontre de certains professionnels perpétrés par des personnes qui se réclament du véganisme sont effectivement condamnables. Cependant, ces personnes sont très très minoritaires et la grande partie des vegans veulent vivre en paix et n’iraient pas imposer leur mode de vie à autrui.
      Mais je suis tout a fait d’accord avec toi; chacun a le droit de choisir ce qu’il veut mettre dans son assiette sans avoir besoin de se justifier à longueur de temps.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.