Tartare au couteau de tomates anciennes

Bonjour, bonjour ! 

Même du temps où je mangeais encore de la viande et du poisson, je n’étais pas une adepte de la consommation de ces produits crus, que ce soit en tartare, en sushis ou en ceviche. Cela ne m’attirait pas du tout mais surtout, je trouve que d’un point de vue sanitaire, ce n’est pas le top. Je sais bien que nous vivons dans les germes, les bactéries, les microbes et les virus et qu’ils sont utiles mais pas la peine de pousser le bouchon plus qu’il ne le faut. 

La recette du jour est très semblable à un tartare de bœuf de par le choix des condiments mais la viande crue est remplacée par de la tomate crue. À la maison, on a trouvé le visuel assez bluffant et c’était franchement délicieux. Bien fraiche, cette recette est un très bel hommage à la tomate. Il paraît que la tomate est le légume préféré des français alors je suis sûre que cette idée plaira à beaucoup d’entre vous. 

Trucs, astuces et organisation : 

Pour cette recette, il faut privilégier la qualité des tomates. On oublie les ersatz de variétés anciennes commercialisées par Savéol et Prince de Bretagne. On choisit de belles tomates locales, bien mûres, bien pleines et lourdes. C’est encore mieux, si elles viennent de votre jardin. On peut prendre des cœurs-de-bœuf, des cornues des Andes ou des noires de Crimée, des variétés avec une chaire bien dense et pas trop aqueuse. 

Si possible, on fait égoutter les tomates la veille en veillant à récupérer le jus de tomate dans un saladier. Il pourra servir de base pour un gaspacho, par exemple. 

Les ingrédients pour 2-3 personnes : 

  • 1,2 kg de tomates anciennes bien mûres,
  • 1 cuillère à café rase de moutarde,
  • 1 cuillère à soupe de câpres,
  • quelques brins de persil,
  • 1 petit oignon rouge,
  • salade verte,
  • huile d’olive,
  • Tabasco (facultatif),
  • sel et poivre.

Temps de repos : 2 heures minimum, au mieux une nuit

Pas de cuisson 

Niveau de difficulté : Très facile 

Coût : €€€

Spécificité de la recette : Recette végétalienne, sans lactose, sans oeuf, crue.

La recette : 

1/ La veille ou au moins deux heures avant, laver les tomates et les inciter en croix à leur base. 

2/ Plonger 30 secondes dans une casserole d’eau bouillante. Passer à l’eau froide. 

3/ Peler les tomates et couper la chair en petits cubes. Ajouter une cuillère à café de sel fin et mélanger. 

4/ Transvaser dans une passoire posée sur un saladier et laisser égoutter au moins deux heures ou au mieux une nuit. 

5/ Une fois ce temps écoulé, placer la chair des tomates dans un saladier. Ajouter la moutarde, les câpres, le persil haché et l’oignon émincé. Poivrer et mélanger délicatement. 

6/ Sur une assiette plate et à l’aide de cercles de présentation, mouler les tartares. 

7/ Au moment du service, transférer les tartares dans les assiettes de présentation. Retirer les cercles. 

8/ Décorer de salade, d’olives et de câpres par exemple. 

9/ À table, proposer de l’huile d’olive et du Tabasco pour les amateurs. 

Source : HealthyFood #18 Juillet-Août 2019 

Avec cette recette, je participe à Cuisinons de Saison.

Print Friendly, PDF & Email

18 Comments

Add Yours →

Au contraire de toi moi j’aime beaucoup les tartare céviches et compagnie mais cela ne m’empêche pas de trouver ce tartare de tomates tout à fait à mon goût puisque j’adore ce fruit. Tu as raison d’insister sur le fait que pour le réaliser il faut vraiment de la bonne tomate bien charnue et surtout pas de super marché qui sont même en pleine saison pleine de flotte ! C’est une bien belle idée que tu as eue Marion, elle me ravit et je suis heureuse que tu l’ai dédiée à cuisinons de saison. gros bisous

Et bien tu me réconcilies avec les tartares, je ne supporte pas le cru en poisson ou viande, mais en légumes, c’est parfait et ta petite recette m’a l’air tout simplement délicieuse, je note !! Bises

Comme toi, je n’aime pas les tartares de boeuf mais adore ceux de tomates. En ce moment, j’en fais une cure. Il y a deux jours, j’ai fait quasiment la même que toi avec des pignons de pin. Parfait aussi 🙂 Il faut profiter de ces bonnes tomates. Je trouve que cela vaut clairement un steack et ce n’est pas toi qui vais me contredire sur ce coup 🙂

Entièrement d’accord avec toi, moi qui adore la viande, je déteste les tartares, sushis et autres ceviche, très dangereux selon feu mon père qui était vétérinaire rural, très au fait des pb agro alimentaires. Alors évidemment je préfère ton interprétation !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.